• le site des "Classiques" a entrepris semble t'il de mettre à disposition gratuite des internautes l'oeuvre complète de Léon Brunschvicg :

    http://classiques.uqac.ca/classiques/brunschvicg_leon/brunschvicg_leon.html

    Après "Héritage de mots héritage d'idées",  c'est au tour d'un autre ouvrage fascinant et bouleversant datant de la fin de la vie de Brunschvicg : "Descartes et Pascal lecteurs de Montaigne", d'être rendu accessible.

    Bouleversant parce qu'il a été terminé en 1942, année où Brunschvicg était dans la clandestinité totale, soutenu heureusement par des amis comme Maurice Blondel, mais séparé pour toujours des ses enfants qui étaient en Angleterre. Ses enfants qu'il ne reverra pas, puisqu'il est mort le 18 Janvier 1944, sans voir la libération de la France et la chute du nazisme, évènements qu'il avait cependant pressentis, ou plutôt prévus avec la certitude totale qui est celle de la Raison, qui peut douter de tout sauf d'elle même et de sa supériorité intrinsèque sur l'obscurantisme irrationnel des idolâtries "magiques" du "sang et du sol" comme de celles des "religions" des "dieux à nom propre".

    On lira avec une attention toute particulière la préface qui retrace tout l'itinéraire de pensée de celui qui fut  l'un des maitres de la philosophie d'avant-guerre , pour tomber dans un complet oubli après 1945 :

    http://classiques.uqac.ca/classiques/brunschvicg_leon/descartes_et_pascal/descartes_et_pascal_preface.html

    L'oubli total et volontaire de celui qui fut l'un des "mandarins" des années 30, après la libération, y est bien expliqué. Cet oubli , qui est d'ailleurs plutôt un étouffement, dure encore à ce jour, même si le travail du site des "classiques" permet de reprendre espoir.

    Mais il faut ajouter que si la rupture avec l'idéalisme critique d'avant-guerre peut s'expliquer par la déception devant son impuissance à prévoir et à combattre la Bête nazie "montant de l'Abîme", cette accusation manque son objet.

    En effet ce n'est pas à cause de l'idéalisme  prétendûment abstrait et "alimentaire" (critique faite notamment par Nizan dans les "chiens de garde", où il voit Brunschvicg comme "s'alimentant" de toute adversité  pour en nourrir sa pensée) mais bien par impuissance de l'humanité ordinaire à se hausser au niveau de cette pensée et de son exigence, que la totalitarisme a pu s'exercer sans véritable résistance jusqu'en 1944.

    Et aussi après cette date d'ailleurs, mais là nous parlons du totalitarisme stalinien, dont Sartre s'est rendu complice jusqu'en 1956 (alors que Céline l'antisémite l'avait dénoncé dès 1936), puis du totalitarisme maoïste qui a bénéficié en France de l'admiration des "grandes consciences" droit de l'hommistes que nous connaissons bien, et qui se sont racheté depuis une virginité démocratique.

    Cete intéressante préface au livre de Brunschvicg s'étend aussi sur la nature nouvelle et spéciale de "Descartes et Pascal lecteurs de Montaigne" : Brunschvicg, ébranlé par les évènements de 1940 à 1942, y aurait pour la première fois fait place au "doute" à propos de son "système rationaliste fondé sur la science".

    Mais cela me semble inexact, en ce que la pensée de Brunschvicg s'est toujours, et depuis les débuts, "nourri" des pensées adverses et "opposées" (ou "différentes") en les accueillant et les discutant. Et l'on peut ici, bien sûr, arguer de son admiration pour Pascal ou Bergson, deux penseurs pourtant très éloignés de lui philosophiquement parlant.

    Il est d'ailleurs à souligner que Bergson est une autre sommité d'avant-guerre qui n'a pas connu après 1945 le mùême destin d'oubli : c'est sansdoute que le bergsonisme fait place au mysticisme, qui est et sera toujours à la mode... mais je partage au demeurant l'admiration de Brunschvicg pour ce géant de la pensée qu'est Bergson.

    La thèse du livre est donc que la modernité (initiée par Descartes) dérive du scepticisme de Montaigne, qui se trouve donc ainsi accorder une importance cruciale...

    mais , tout en étant d'accord bien sûr avec ce verdict, il ne faudrait pas en rester là, et je voudrais ici simplement citer une réflexion de Brunschvicg tirée d'un autre texte  ("L'humanisme de l'Occident", introduction au premier tome des "Ecrits philosophiques") à propos de Montaigne et Descartes:

    " Mais depuis Descartes on ne peut plus dire que la vérité d'Occident tienne tout entière dans la critique historique et sociologique des imaginations primitives (qui est la  première perspective de la sagesse occidentale, de laquelle nous sommes redevables à Montaigne).

    sortir de la sujétion de ses précepteurs, s'abstenir de lire des livres ou de fréquenter des gens de lettres, rouler ça et là dans le monde, spectateur plutôt qu'acteur en toutes les comédies qui s'y jouent, ce ne seront encore que les conditions d'une ascétique formelle.

    A quoi bon avoir conquis la liberté de l'esprit si l'on n'a pas de quoi mettre à profit sa conquête ? Montaigne est un érudit, ou, comme dira Pascal, un ignorant; dans le réveil de la mathématique, il ne cherche qu'un intérêt de curiosité, qu'une occasion de rajeunir les arguties et les paradoxes des sophistes. L'homme intérieur demeure pour lui l'individu, réduit à l'alternative de ses goûts et de ses humeurs, penché, avec une volupté que l'âge fait de plus en plus mélancolique, sur la «petite histoire de son âme».

    Or, quand Descartes raconte à son tour «l'histoire de son esprit», une tout autre perspective apparaît: la destinée spirituelle de l'humanité s'engage, par la découverte d'une méthode d'intelligence. Et grâce à l'établissement d'un type authentique de vérité, la métaphysique se développera sur le prolongement de la mathématique, mais d'une mathématique renouvelée, purifiée, spiritualisée par le génie de l'analyse".

    On pourrait lire dans ces lignes, sans se tromper de beaucoup, une conception quasi-prophétique de Descartes, et aussi trouver l'explication du dédain affiché par nombre d'intellectuels, anglo-saxons mais aussi français, pour Descartes : c'est que notre époque n'aime les prophètes que religieux, environnés d'éclairs, de crainte et de tremblement, et de phénomènes surnaturels. Et surtout elle les aime de loin : pour la vie quotidienne, on préfère la "petite histoire de l'âme" , mais ici les mots de Brunschvicg peuvent sembler trop sévères pour Montaigne, que sa culture des nobles sages de l'antiquité met à l'abri des divagations "nunuches" des  contemporains narcissiques obsédés de leur "belle âme" (que ne l'introduisent ils en bourse !!? cela règlerait sans dout leurs problèmes de "pouvoir d'achat").

     La "mission prophétique" de Descartes existe bel et bien et débute historiquement dans la nuit "de la Saint Martin" du 10 au 11 novembre 1618 avec les trois rêves de Descartes, qu'il interprète lui même dès le réveil (et même pendant la durée du songe pour le dernier) et qui lui semblent inspirés par l'Esprit de Vérité, autre nom de Dieu des philosophes.

    Celui qui est aussi, et simplement, "la Vérité", d'après le "Court Traité" de Spinoza.

    Parmi les autres livres ou articles de Brunschvicg, on trouvera "Les étapes de la philosophie mathématique" (sans doute son ouvrage le plus important, le plus commenté en tout cas, et qui n'a pas pris une ride) à cette adresse du site de l'université du Michigan:

    on trouvera aussi un grand nombre d'articles parus dans la "Revue de métaphysique et de morale" (qu'il avait fondée en 1893 avec Xavier Léon) sur le site de la bibliothèque nationale Gallica:

    http://gallica.bnf.fr

    (taper "Brunschvicg" en mot clé dans le cadre "recherche libre" ou "auteur", ou bien cliquer sur "périodiques" pour trouver la Revue de m'étaphysique et de morale).

    Un autre livre important de lui, "De la vraie et de la fausse conversion", a paru sous forme d'articles dans plusieurs numéros de la revue à partir de 1930, voici les adresses de différents morceaux du livre:

    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k112646/f1.item (chapitre 1,  aller pages 279-297)

    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k11271g.item (chapitre 2, aller aux pages 187 à 235)
     
    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k11278w (chapitre 3, aller pages 17 à 46)
     
    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k112797.item (fin du chapitre 3, aller page 153 pour le début du texte de Brunschvicg)).

    On trouvera aussi "Raison et religion" et "Spinoza" sur "Archive" :

     http://www.archive.org/search.php?query=Brunschvicg%20AND%20mediatype%3Atexts


    votre commentaire
  • L'article de 13 pages paru dans la "Revue de métaphysique et de morale" A42 N1 : "Religion et philosophie" constitue le texte à peine modifié d'une communication cruciale de Brunschvig au congrès international de Pragues en 1934. Cet article est lisible sur Gallica, voici l'url de la première page :

    Communication cruciale parce qu'en 1934 le monde effaré assistait aux premiers "pas de danse" du démon hitlérien, sur lesquels un sage de l'envergure de Brunschvicg ne pouvait avoir aucun doute...et popurtant la lecture des Mémoires de Raymond Aron (élève admiratif de Brunschvicg )pourrait donner l'idée contraire, puisqu'il y raconte qu'en Mars 1936, rencontrant Brunschvicg "au bas du Boulevard Saint Michel" peu après l'épisode de Rhénanie (invasion des troupes de hitler, contre tous les traités signés) , celui ci lui déclare : "heureusement les britanniques nous ont stoppés cette fois...la paix est sauvée".

    Ce fut à Aron, plus au fait des "petites circonstances de la vie politique et diplomatique", de lui expliquer que ce n'était qu'une vengeance mesquine des anglais pour le manque de soutien français face aux agissements de Mussolini en Ethiopie...vengeance qui devait se révéler catastrophique quelques années plus tard, puisqu'elle interdit aux occidentaux de voler au secours de la Tchécoslovaquie, et donc mena à l'invasion de la Pologne et à la guerre en Septembre 1939.

    Mais Brunschvicg luttait à un niveau bien plus élevé, proprement philosophique, et cette communication de 1934 en donne un bon aperçu.

    Ces pages sont importantes en ce qu'elles entreprennent de définir la raison qui doit en quelque sorte s'identifier au "Dieu des philosophes".
     
    Page 3 : "de même nous ne devrons pas discuter des rapports entre la raison et la religion sans cette précaution courtoise de définir soigneusement celle des interprétations de la raison à laquelle nous renvoyons notre interlocuteur"
    Brunschvicg a montré par une analyse aussi serrée que lumineuse (dans les pages 1 à 5) que la raison d'avant la science semble vouée à tourner dans un cercle sans fin entre dogmatisme et scepticisme; c'est alors qu'il aborde au "troisième chemin entièrement soustrait à l'arbitraire des principes, au préjugé des systèmes, atteignant le réel par l'accord toujours plus minutieusement contrôlé du calcul et de l'expérience".
    La science moderne, de Copernic et Galilée jusqu'à Einstein et la mécanique quantique... a progressivement révélé la vérité du monde.
    Et cette idée de la vérité doit demeurer, si elle est philosophique, une et indivisible.
    La vérité religieuse doit être la vérité tout court...
    les lignes qui suivent sont admirables, même si elles sont moquées par un critique comme Bremond qui accuse Brunschvicg de copier ce qui lui semble utile dans le christianisme et de laisser ce qui le gêne...
    (on trouvera une critique acerbe par Bremond de l'article de Brunschvicg dans le cahier numéro 4 des "Archives de philosophie" de 1935, aller à :
    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k31721q et lire le chapitre 7 page 165, intitulé "le dernier message de Mr Brunschvicg")
     
    mais c'est le contraire qui est vrai : Brunschvicg départage entre ce qui est philosophique dans le "mixte" qu'a été la philosophie occidentale, et ce qui est chrétien-fabulatoire...
    "La notion religieuse par excellence, c'est le Verbe que la Grèce a reçu d'Egypte puis transmis à la théologie et la philosophie judeo-chrétienne.
    Le Verbe est "la lumière intérieure éclairant tout homme venant en ce monde et dont, à mesure qu'il étend et coordonne ses pensées, il éprouve l'universalité bienfaisante et la fécondité illimitée"
     
    La religion philosophique de la Raison affirme "notre certitude intime irrécusable qu'il y a en chacun de nous une présence grâce à laquelle notre intelligence est autre chose qu'une accumulation passive d'images, notre amour autre chose que la poussée égoïste de l'instinct, de telle sorte qu'il n'est pas besoin de nous séparer de nous même pour nous unir par la racine de notre être intérieur à la communauté des esprits"

    votre commentaire
  • "Les axiomes de la mécanique" par Paul Painlevé (1863-1933) constituent une bonne et claire introduction philosophique à la physique mathématique. Rappelons que selon Brunschvicg l'émergence d'une physique mathématique est "un changement d'axe de la vie religieuse".

    Cela ne signifie aucunement que le culte (ou plutôt les cultes) religieux sont remplacés par la physique. Mais que la définition précise et exacte des conditions et des normes de l'objectivité scientifique permet, elle et elle seule, de discriminer entre ce qui est "objet" (les entités de la physique, plutôt que les entités matérielles) et ce qui est à la source de l'objectivation et des normes de vérité : l'esprit (rationnel et mathématisant), la trace du "Dieu des philosophes et des savants".

     Avant l'irruption de la mécanique galiléenne et newtonnienne, la "science" aritotélicienne et scolastique restait descriptive et qualitative.

    La science moderne mesure , explique et prédit, et c'est grâce à la mécanique qu'elle a acquis ces caractéristiques. Cette dernière joue donc un rôle prépondérant dans la naissance et le développement de la science moderne, et donc aussi, de notre point de vue, dans l' essor de LA religion universelle, qui n'a rien de commun avec LES religions traditionnelles (y compris christianisme et islam), qui sont seulement d'ordre ethnique et sociologique.

    comme le dit Brunschvicg : "soit on fait de la sociologie, soit on fait de la philosophie"....

    et ceux, rares au demeurant, qui parviennent à s'émanciper des cultes et des idoles de leur tribu (ou nation) particulière méritent seuls d'être appelés "deux fois nés" ("dvijas" en sanscrit). Et des livres comme le "Discours de la méthode" de Descartes, le "Traité de la réforme de l'entendement" de Spinoza ou les "Révolutions" de Copernic méritent d'être appelés des "traités de la seconde naissance" : il s'agit d'une "naissance à l'esprit" par "redressement" de celui ci.

    Voir aussi à propos du livre de Painlevé :

    http://www.blogg.org/blog-64760-billet-la_mecanique_rationnelle_comme_champ_d_etudes_pour_une_elucidation_de_la_mathesis-886698.html

     


    votre commentaire